Je suis né un jour bleu de Daniel Tammet

couv19918282Je suis né un jour bleu

A l’intérieur du cerveau extraordinaire d’un savant autiste

Daniel Tammet

283 pages

Année de publication : 2006

 

Quatrième de couverture

« Je suis né le 31 janvier 1979. Un mercredi. Je le sais parce que dans mon esprit, le 31 janvier 1979 est bleu »

Daniel Tammet est un autiste savant aux capacités hors du commun, un génie des nombres. Il a ainsi mémorisé les 22514 premières décimales de Pi, parle sept langues et a appris l’islandais en quatre jours. Pour lui, les nombres sont des formes et des couleurs.

Dans ce témoignage plein d’espoir, il explique comment il a mis toute son énergie pour sortir de ces ténèbres qui l’ont longtemps coupé du monde et comment il a réussi à se socialiser. Un voyage en couleur qui entrouvre la prison de l’autisme.

Pour cette seconde publication sur le blog, je vous présente à nouveau un livre sur l’autisme. Il est bien connu que le monde de l’autisme est encore bien difficile à cerner et ce que l’on peut apprendre sur le sujet c’est avec des autistes « savants ». Daniel Tammet est un autiste savant, depuis petit il est ce que l’on peut dire « particulier ». Les nombres l’apaisent ! Est-ce sa capacité auto-thérapeutique ? Les nombres ont une caractéristique propre, par exemple, le 11 est amical … Nous pouvons appeler ça la synesthésie, qui est capacité de voir des lettres et/ou des nombres en couleur.

Mais aussi sa fascination pour le π (pi), les nombres premiers et les coccinelles…

Dans ce témoignage, Daniel nous parle de son enfance, son adolescence et comment il s’est ouvert au monde grâce à un voyage et la découverte des langues (je pense rapidement à Josef Schovanec avec les mots « voyage » et « langues ») tout en entrant dans sa vie d’adulte et de ses premiers amours. Fils d’une famille nombreuse, il a des crises d’épilepsie alors âgé de 4 ans, il sera sous carbamazépine et sera suivi 1 fois par mois à l’hôpital afin de surveiller d’éventuels effets secondaires. Si je tiens à dire qu’il a été épileptique c’est que suite à son voyage pour enseigner l’anglais en Lituanie, où il s’est totalement renouvelé, il s’engage dans un défi pour aider à collecter des dons pour la Société Nationale pour l’Epilepsie (NSE).

C’est ainsi qu’il va se lancer le défi de mémoriser 22 500 décimales et plus du π 3,14 et des brouettes. Il se mettra dans un autre monde pour le processus de mémorisation et créera ainsi des paysages numériques. Suite à cela il rencontrera Kim Peek, celui qui inspirera le personnage de « Rain Man » et des spécialistes aux USA dont le professeur Ramachandran, un neuroscientifique qui le mettra au défi de jouer une scène du film et ensuite d’apprendre une langue étrangère (islandais) en une semaine.

Une belle découverte d’avoir connaissance d’un témoignage direct avec le ressenti de la personne elle-même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s