L’étincelle de Kristine Barnett

couv74988646L’étincelle

La victoire d’une mère contre l’autisme
Kristine Barnett

Editions Pocket
352 pages
Publication française : 5 novembre 2016

ISBN : 978-2266246279

Quatrième de couverture

Diagnostiqué autiste à l’âge de deux ans, Jake était promis par les  » spécialistes  » à un parcours difficile. C’était compter sans la combativité d’une mère et une confiance à toute épreuve dans le potentiel de son fils. Décidée à ignorer les circuits classiques, Kristine prend l’éducation de Jake à sa charge. Le but ? Négliger les tâches pour lesquelles son fils n’a pas de capacités naturelles et développer son goût pour les jeux de lumières, les échecs, les chiffres…
Treize ans plus tard, Jake est devenu un petit génie des mathématiques et l’étincelle a mis le feu aux poudres !

 » Un témoignage plein d’espoir pour les parents, et les enfants autistes.  » Confidentielles

Pour les rares personnes qui sont au courant, j’ai repris mes études en psychologie depuis quelques années. Je les fais à distance, du fait des jobs, d’être maman et surtout de ne pas vivre à côté d’une faculté. Je suis en Licence 3 et cette année nous avons un mini mémoire de recherche à pondre (pour dans un mois en gros). Cela répondra à certaines questions portant sur la quantité de publication sur ce genre d’ouvrage. Mon mémoire cette année porte sur l’autisme et les thérapies. J’ai essayé de le faire en psychanalyse pure mais j’ai encore beaucoup de mal avec les concepts donc je reviens sur ce que je peux « essayer » de maîtriser : « chercher » des thérapies !

Pour le mémoire de recherche sur l’autisme, je planche sur des témoignages, si vous avez de jolies lectures à ce sujet à me proposer n’hésitez pas. Surtout si elles sont courtes, le temps m’étant compté pour rendre mon dossier

Ceci dit je vous conseille fortement ce livre qui permet d’admirer le combat d’une mère pour son fils. Les spécialistes ne donnaient aucun avenir à Jake, qu’il serait incapable de lire un jour …  alors qu’il devient plus tard le plus jeune chercheur en astrophysique à l’âge de 12 ans. Nous avons là une mère qui a su repérer la « clé » pour faire entrer son fils dans un langage avec l’autre. Mais ce récit ne montre pas que le combat contre l’autisme, bien qu’il soit mis en avant, il y a un vrai combat contre les aléas de la vie. Les Barnett ont eu 3 enfants, 3 garçons, le premier est Jake qui a un Trouble du Spectre Autistique, cet autisme qui est « un voleur », ensuite il y a Wesley dit « Wes » qui souffre d’algodystrophie, puis le petit dernier Ethan. L’algodystrophie est un trouble neurologique qui peut toucher tous les systèmes du corps. Les médecins ne donnaient pas plus de l’âge d’un an pour Wes car cela touche le système nerveux végétatif donc la température corporelle, le rythme cardiaque et donc la respiration. Pour le petit dernier il n’y pas de trouble pour lui mais c’est Kristine qui se découvrira des problèmes de santé, quelques semaines avant son accouchement, elle sera hospitalisée d’urgence pour une vésicule biliaire infectée. Tout ne s’arrête pas là puisque peu après le dernier accouchement elle fait un AVC (à l’âge de 30 ans). Mike son mari se sent démunie face à tout ça, pensant avoir échoué dans la protection de sa propre famille en prenant le relais de Kris. Plus tard, ils apprendront que Kris a une maladie auto-immune chronique : le lupus.

Mais les déboires ne s’arrêtent pas là, l’Indiana sera touché par une grosse crise financière et beaucoup perdent leur travail. Le mari de Kris dans les premiers. Kris tenant une garderie verra les petits partir car les parents n’ayant plus de travail, il n’y a plus d’utilité (et de finance) pour faire garder les enfants. Sans oublier d’autres problèmes qui viendront par la suite…

Je ne sais pas si ce qui a fortement aidé Kris dans toutes ces épreuves est qu’elle ait grandi dans la tradition Amish (nouveaux Amish). Il parait que ce qui aide plus facilement les familles face à l’autisme c’est la religion. Avant de me faire appeler Jules, je dis bien « il parait » et « plus facilement » ;). Je l’ai lu dans le livre de Ron Suskind à propos de son fils autiste.

Il y a tellement à dire sur ce livre que je pourrais en écrire des pages mais je vais conclure par :
Quand l’instinct maternel peut être plus fort que l’institution. Une mère qui a écouté ses « tripes », qui a mené son fils sur ses obsessions : la lumière, les planètes, les chiffres, les lignes droites en osant l’emmener à l’observatoire et le voir répondre avec une aisance à l’âge de 4 ans à des adultes, à communiquer et partir à l’aventure de l’université alors qu’il n’est âgé que de 8 ans. Il sera comme un petit poisson dans l’eau. Elle a su trouver la formule magique pour un contact. Et ce qu’elle a fait aussi pour les autres parents et enfants autistes, le soir après son travail, pour découvrir ce qu’était la passion de chacun c’est MAGIQUE. Il y a là beaucoup de bienveillance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s